Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 98
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0106
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0106
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
98

L E T T E R E

XXXVI.

Au beau Cigne de Padoue.

.La Sagesse , ii est vrai, nous dénote le sage ;

Mais, ami, dans notre jeune age
L’ orgueil prématuré de se faire admirer
Ne vaut pas la joyeuse vie,

Ni les écarts brillans de 1’ aimable foîie
Que les Catons peuvent blâmer ,

Mais que le vrai bon sens très prudemment allie
Avec Ia vraie philosophie,

Et F art heureux de plaire , et de se faire aimer.

Ainsi mêlant au badinage
De tes charmans propos la force de F image
Et le nerf des bonnes lecons,

Qu’ en tes moüelleux discours à table, ou en voyage
Avidement nous écoutons ,

Ton esprit me transporte en une galerie
Où des plus précieux tableaux
Le spectacle enchanteur sans cesse se varie,

Où les derniers sont les plus beaux ,

Où Çorrege et Poussin étalent leur génie
Avec les Lancrets, les 'Vatteaux'-.

Tantot tu me trausportes en ces cbamps pleins d’allarrnes
Où le comédien et i’ auteur
Âu sein de Melpomène ont fait verser des larmes.
Tantôt dans çps lieux pleins de charmes

Oii
loading ...