Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 101
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0109
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0109
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
101

ÏNEDITE'.

j'ours ; incapable de présumer trop bien de
moi - même pour le langage ssatteur que
vous tenez? mais aussi incapable de vous
faire injustice sur vôtre esprit, et vos ta-
iens, dont je serai toujours F admirateur.
Adieu o

* o * o * o * o ★ o * o * o * o * o * o+o ★

D E L C 0 N T E

A L G A R 0 T T I
XXX VIIL

à Dresdeti ce 24 AoiU 1
SIR E

Je ne fatiguerois pas V, M. par mes let-
tres s’ ii ne rne sembloit que V, M. me
fasse un reproche, que je ne crois pas mé-
riter. Elle paroît croire que ie dieu Plu-
tus puisse me ramener dans ses états. Je
crois, Sire, d’ètre ass/ès esprit sort envers
cette divinité, l’objet des vœux de l’uni-
vers, tandis que V. M. paroît me suppo-
G 3

ser
loading ...