Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 103
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0111
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0111
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
InEDITEo

D E L R E .

XXXIX.

à Salzthal ce 10 de Septembre 1 jA'2

Si je ne consultois que les bxenséances,
je ne devrois pas répondre à la derniere
lettre que vous venez de in’ écrire. Le sti-
le, et les expressions en sont si peu mesU"
l'ées, qu’ assurément je ne pouvois mieux
faire que de garder le silence. Mais un
reste de bonté que j’ai pour vous, et le
plaisir de confondre vôtre sufsisanee me
portent à vous demander, assurément pour
la derniere fois de ma vie, si vous voulez,
vous engager chez-moi,, et à quelle con-
dition. Ne pensez point aux affaires et
aux emplois qui ne vous conviennent pointj
xnais à une bonne pension , et à beaucoup
de liberté .

Si vous refusez ce parti, je vous prie
de ne plus penser à moi ni pour vôtre
établissement , ni pour vos affaires , ni
pour vôtre interêt.

G <4
loading ...