Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 120
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0128
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0128
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
120

L E T T E R E
hâter mon imprimeur afin de pouvoir rae
rendre auprès de l’auguste médecin dont
j’ ai 1’ honneur d’ètre le malade.

■*C*C*0*C*0'*C + 0*C^0*G*0*C'#'

D E L R E .

XLVIII.

à Potzdam ce 6 de Septembre 1749-

~\^ôici un canevas très en abrégé de l’opé-
ra de Coriolan. Je me suis assujetti à la
voix de nos chanteurs, au caprice des dé-
corateurs, et aux regles de la musique .*
La scene la plus pathétique est celle de
Paulino avec son père ; mais comme le ré-
citatif n5 est pas son fort, il faut mettre
ce qu’il j a de plus touchant dans la bon->
che de l’Astrua; ce qui pburra fournir un
récitatif avec accompagnement. Vous ver-
rez que je n’ai pas voulu faire un long
opéra ; s’ii dure trois heures et un quart
avec le ballets, cela sufht. Je vous prie
de le faire étendre par Filati; mais d’avoir
l’osil qu’ il n’ait de longs récitatifs que

dans
loading ...