Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 163
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0171
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0171
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
I N E D I T E . 163

Toit prendre pour devise : omne tulit pun*
ctum qui miscuit utile dulci* C5 est Miner-
ve qui chante sur la lyre d’ Apollon ; ce
sont les leçons de la plus profonde philo-
sophie emmiellées par les charmes des plus
beaux vers. Quantité de ces beaux vers se-
ront retenus sans doute par ceux qui ont
le bonheur de les lire: mais ne leur sera-t-
il pas permis de les redire aux autres? ne
leur seroit - il pas permis de citer ce qui
snérite tant de l’être? Je demande cette
grace à V. M, : quelques gouttes de ce beau*
me précieux pour faire durer mes foibles
écrits.

L %
loading ...