Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 181
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0189
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0189
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ï N E T> ï T E .

i ÊJL

D E L C O N T E

ALGAROTTI

L X X X VI.

æ Venise ce 8 Je Mai iy54»
SIRE

Je ne saurois remercier assez Y. M. des
vers dont elle a voulu me faire part. Ils
sont extrêmement plaisans et de main de
maitre. Oserois-je dire à V* M* qu’elle
auroit dû aussi me faire envoyer l’ éloge
que l’abbé de Prades a lu à l’ académie *,
je m’ imagine qu’ il sera à mettre à côté
des éloges de m. Stili et Jourdan et à cô-
té de ceux de Fontenelle. Je suis bien
fâché, Sire, que Y. M. ait été à meme
de faire un pareil honneur au pauvre Kno-
beldorfs. Je ne verrai plus un homme
avec lequel j’ avois été lié de tous tems
par l’amitié et par l’estime. II avoit bien
du talent, et si c’étoit un philosophe scy-
îhe, il n’ honoroit pas moins les vertus d
M 3 Ale-
loading ...