Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 184
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0192
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0192
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
î 84

L £ T T

E R E

D E L R E .

LXXXVII.

à Potzdam ce z6 de Mai iy54*

Je ne sais quancl je vous reverrai icï. L©
tems commence à s’adoucir5 les alouettes
à chanter, les grenouilles à croasser ; il
ne inanque que ies hirondelles, et les ci-
cognes; j’espére que vous arriverez en leur
compagnie. Mon opéra comique qui vient
de débarquer, m’assure que vôtre santé se
remet, et que vous n' attendiez que le
beau tems , Je crois que vos médecins da
Padoue sont comme le docteur Balouard
de la comédie, qu’ ils parlent beaucoup,
et guèrissent peu . C’est peut - être leur
nombre qui nuit à vôtre santè. Mauper-
îuis va revenir, il a triomphé de son mal
en dépit des médecins, et a fait rnanquer
une grande reputation à quelqu’ un qu’ il
eut voulu chareer de sa cure . On dit ici

O

quc vous aurez bientôt de nouveaux îrou-
bles en Italie ; ce sont des discours do

P ar»
loading ...