Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 187
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0195
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0195
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
I N E D ï T E . 187

j’ ai été à Mantoue, revoir les bâtimens
d'e Jules Romain dont je pôurrai apporter
à V. M. quelqu’esquisse : et de là j’ai été
à Parme où j’ai vu le Correge, et n’ ai
point vu l’ Infant qui étoit à la chasse.
Au retour de rnon petit voyage j’ ai trou-
vé à Padoue la lettre dont V. M. m’ ho-
nore. Je suis charmé d’entendre que Mau-
pertuis jouisse d’une santé parfaite. II me
mande que les turbots et les soles de s.
Malo F ont.tout à fait remis. II est bien
heureux tandis que moi j’ai toujours de
la peine à digérer les poulets : et je me
yois exclus de la bonne chere et presque
de la bonne compâgnie . Les nouvelles qui
occupent îe plus ici sont nos difsérens
avec 1 a république de Génes qui seront
sans doute terminés à l’amiable: et la né-
gociation de m. de Lowendal pour entrer
au service des vénitiens. L’opéra de Y. M.
attend inon retour sans doute pour avoir
un admirateur de plus.

Quant à moi j’ attends à tout moment
des nouvelles précises touchant la qualité
des chemins, et la hauteur des eaux qui
sont maintenant débordées par la. fonte su-

bite
loading ...