Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 205
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0213
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0213
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
I *r E D I T E , 205

sez vite. On s’étoit fiatté qu’ils attendroient le
E.oi sur le Yeissenberg, poste très avantageux
sous le canon de Prague, mais nous trouvames
qu’ ils avoient passé la Moldau . II faliut en-
core passer cette rivière . Le Roi prit vingt ba-
taillons et quelques escadrons avec lui, et fît
jetter un pont. On passa sans resistance . Le
Roi avoit fait ordonner au marechal de Sche-
vrin de le joindre de 1’ autre côté de la Mol-
dau. Le 6 de ces mois ii joignit 3e R.oi de
grand matin . On reconnut le camp des enne-
mis ; et le Roi voyant bien qu’il étoit inatta-
quable par son front, ordonna au marechal de
Schevrin de marcher par sa gauche, et de
faire en sorte de tourner les ennemis , et de
Ieur gagner le flanc . Le marechal marcha, <.
îa marche fut longue. Enfin il revint, et dit
au Roi : Sire, pour leur flanc, nous l' avons.
Le Roi s’ y porta d’ abord ; ht défîler le reste
de I’ armée à travers un village qui nous ar-
rèta longtems . On forma d’ abord aprés la
première ligne, et le marechal qui comman-
doit 1’ aile gauche, la première ligne se trou-
vant formée , fit attaquer. Le Roi marcha du
côté du centre pour continuer à mettre l’ar-
mée en ordre de bataille. Nôtre gauche souf-
srit d’ abord beaucoup , et les ennemis la me-
nerent battant près d’ une demi-heure» Ce fut


loading ...