Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 208
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0216
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0216
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
L E T T E R, E

#08

D E L C O N T E

ALGAROTTI

CIII.

à Boulogne ce 4 r/e Juin 1767.

C3n ne sauroit être plus sensible que je îe
suis de ce que le Roi ait daigné songer k xnoi
dans ces grands moments qui vont decider du
sort de l’Europe. Yous m’avez appris m. k ad-
mirer distinctement et en detail ce que je n’
admii'ai que confusement et en gros . Vôtre
relation est un portrait bien fidéle de ce grand
trait d’ histoire ; et vôtre plume ne sait pas
moins déorire les manoeuvres les plus profon-
des de la guerre, qu’elle sait traiter les sujets
de îa plus baute philosophie , À considérer le
nombre, la qualité, la situation des ennemis
à qui îe Roi avoit a faire il faut avouer m.
que nous n’ avons jainais rien lû de pareil .
Rien 11e manque k la gloire du Roi ; et la
mort même du marechal de Schevrin y ajou-
te un nouvel éclat, Je vous prie m. de vou-
loir bien me rqettre aux pieds du R.oi , et de

lui
loading ...