Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 217
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0225
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0225
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
I N E T) I T E ,

217

CIX.

- - --penituscjue in viscera lapsuni

Serpentis furiale mahnn , totamcjue pererrat.
Tum vero infelix, ingentibus excita monstris,
Immerisam sine morefurit lymphata per urbem.

Xjh Discorde s" êsant approchée cV Ainate
empoisonna son coeur, et elle devint fu-
riuse contre Enée . Yous voyez bien qu’ il
ne suFHt pas de se battre, et qu’il est plns
difsicile de reduire de méchantes femmes
que des hommes vaillans. Je desire autant
îa paix que mes ennemis ont de V éloigne-
ment pour elle, et si nous faisons des
efsorts il faut V attribuer à la necessité :

Sceva necessitas industriam parit.

Vrous pouvez vous amuser encore cette an-
née - ci par les gazettes, non cle ce qui se
passe sur la montagne de l’Apalanche, et
de la querelle des merluches , mais de ce
qui decidera cle la liberté ou de l’ escla-
vage de V Europe, qu’ un nouveau trium-
yirat veut subjuguer. Si j’en avois le choix,

j’ai-
loading ...