Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 222
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0230
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0230
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
223

L E T T E H £
D E L C O N T E

ALGAROTTÏ

CXII.

à Boulogne ce 12 de Septembre 1758.
S III E

V ôtre M. confirme de plus en plus les-
droits incontestables qu’ elle a au titre de
great and infatigable, que lui a decerné la
nation la plus éclairée de Funivers. Y-a t-il
rien de plus éclatant que la victoire que
Y. M. vient de remporter sur les Russes ?
A' quelle paix, Sire, ne devez vous pas
vous attendre ? Mais sera-t-elle jamais si
glorieuse qu’elle puisse sigurer, Sire, avec
vos exploits? A' ce compte là l’Europe eri-
tiere seroit encore un foible partage pour
Y. M. Je vous vois, Sire, revenir comme
la soudre vers l’occident. Je vois m. Daun
se replier sur la Boheme, et rnm. les Sue-
dois rester tout perclus sur les bords de la
Pesne . Le prince de Brunswich ne dé-

ment
loading ...