Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 226
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0234
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0234
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
àzù L E T T E R E

D E L R E .

cxv.

à Breslau ce 4 àe Janvier i^Sg.

Je ne mérite pas toutes les louanges que
vous me donnez : nous nous sommes tirés
d’assaire par des à peu près ; mais avec
îa multitude de monde auquel ii faut nous
opposer, il est presque impossible de saire
davantage ; nous avons étés vaincus, et
nous pouvons dire comme François pre-
mier, tout a été perdu hors F honneur ;
Vous avez grande raison de regréter Ie
maréchal Keith ; c’est une perte pour Far-
mée, et pour la societé. Daun avoit

saisî l’ avantage

D' 'une nuit qui laissoit peu de place au courage „
Mais malgré tout cela, nous sommes en-
core debout, et nons nous préparons à
de nouveaux événemens. Peut-être que le
Turc, plus chretien que les puissances ca-
tholiques et apostoliques, ne voudra pas que
des brigands politiques se donnent les airs

de
loading ...