Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 232
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0240
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0240
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S0 2, ÏjETTERÈ

V. M. de l’ epoque ]a plus brillante et la
plus glorieuse, qui soit enregistrée dans
les annales du genre humain.

fc CD dï fc CO ★ CIO fc dï fc O * dï fc C5 ^ dï + C5 fc CIO ★ C5 *

D E L R E .

CXIX.

à Freiberg ce 10 Je Mars 1760,

li est certain que pous n’ avons eu que
des malheurs la campagne p-assée ; et que
noùs nous sommes trouvés à peu près dans
la situation des Romains après la batailie
de Cannes : l’on auroit pu appliquer de mè-
me aux ennemis ce mot de Barca à Han-
nibal tu sais vaincre etc. Par malheur pour
moi, j’ avois un fort accès de goute à la
fin de îa campagne, qui rn’ avoit entamé
les deux jambes et la main gauche : tout
ce que j’ ai pu faire a été de îne traîner
pour être le spectateur de nos desastres.
II faut l’ avoüer, nous avons un monde
prodigieux contre nous ; il faut les derniers

ef-
loading ...