Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 235
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0243
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0243
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
I N E D I T E ,

^35

D E L CONTE

ALGAROTTl

CXX.

à Boulogne ce g Je Septembre 1760,
SIRE

*Tandis que chacun, Sire , s’ arrache de
main vos poësies, et vous admire dans
son cabïnet, il admire encore davantage
V. M. lorsqu’ en sortant de chez - lui il
apprend vos marches admirahles, et la mé-
morable journée que vous venez de gagner
contre ce Laudon, qui étoit l’Achille d’
entre vos ennemis. Si Cœsar foro tantum
'vacasset} auroit été le plus eloquent des
Romains. V. M. auroit été le premier poë-
te de l’Europe, si elle n’avoit pas dû
être le premier des hommes.

★ 0*0*
★o*
loading ...