Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 239
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0247
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0247
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
1 i» e n i r e ,

23g

U E L C O N T E

ALGAROTTI
CXXIII. •

à Boulogne ce 10 de Février iy6i ,
SIRE

J espére que V. M. recevra daus peu des
boutargues, et une vie d’ Horace. Je me
flatte , Sire, que les boutargues réussiront;
et je voudrois bien. qu’ il en fut de même
de mon Horace. S’il peut amuser Y, M,
pendant quelques quarts d’heure;

Cum tot sustineas et tanta negotia solus ;

je crois qu’il resseyable un peu à i’ancien
qui avoit aussi le bonheur d’ amuser des
prèmiers personnages de son tems . Ces
messieurs pourtant, malgré le bruit qu’ils
sont encore, et malgré le précieux vernis
que leur donnent tant de siécles, n’en dé-
plaise, Sire, à vôtre modestie et à vôtre,
erudition, ne valurent pas assurément Fé*

deric «
loading ...