Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 249
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0257
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0257
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ÎN’EBITE» 2^9

Césars, les Alexandres qui ont eu jusqu’a
présent nôtre adoration, ne 1’ ont pas, ce
me semble, trop cherement achetée : ils
n’ avoient qu’un seul ennemi en tête, et
encore quelquefois quel ennemi? Y, M. a
eu pendant six années en tête et au dos
l’ Europe presqu’ entiere, entourée par des
armées toujours supérieures en nombre, et
presque égales en discipline. II n’ y avoit
que Y. M. qui put souîenir la guerre qu
elle vient de terminer par cette glorieuse
paix ; et qu’ elie qui puisse l’écrire : £0-
dem animo dixit quo bellavü. Serois-j'e as-
sèz heureux pour parvenir un j’our à lire
ce livre, la gloire du siécle, qui contien-
dra les plus beaux fastes de nôtre espece?
C’ est alors que je dirai : Nunc dimittis
servum etc, quia viderunt oculi mei etc.
loading ...