Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 252
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0260
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0260
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
zSz L E T T E R E

ce méclecin ne pourroit pas vous être de
quelque secours. Je compterois pour un
des mornens les plus agréables de ma vie
celui où je pourrois vous procurer le ré-
tablissement de vôtre santé. Je desire de
tout mon coeur qu’ elle soit bientôt assez
forte pour que vous puissiez revenir dans
ce pays-ci. Je vous montrerai alors une
collection que j’ ai faite de tableaux de
vos compatriotes. Je dis à leur égard, et
à celui cles peintres françois, ce que Boi-
leau disoit des poètes : Jeune f aimois Ovi«
de, vieux f cstime Virgîle. Je vous suis
bien obligé de la part que vous prenez à
ce qui me regarde, et du tableau de Pes-
ne que vous m’ osfrez . J’ attens à en sa-
voir le prix pour vous marquer où vous
pourrez le faire remettre. Au reste soyez
persuadé c|ue la nouvelle la plus agrêable
pour moi sera cV apprendre par vous-méme
que vous étes tout à fait retabli. Sur ce
je prie Dieu qu’ il vous ait en sa sainte et
cligne garde.
loading ...