Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 310
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0318
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0318
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Sio Lettesis

preparée dans la Y\restphalie, vous notis
aviez mis en droit, Monseigneur, de nous
attendre à îa belle et coinplette leeon quo
vous venez de donner à m. de Contades,
et à la flear des François. Vous n’ y avez
pas manqué, Monseigneur, et je crois que
vous coutez tout à T heure à la France au-
tant ti’ hommes, que lui en ont couté le
Prince Eugene et îe Duc de Maribourugh.
On peut bien, Monseigneur, vous saire le
compliment que faisoit Addison à ce Héros?

An ïliad rising out of one campaign.

Le bon Dleu n’ a pas été pour le coup
pour les gros bataillons, mais pour la di«
scipline, ponr îa conduite, pour l’habilité.
Parmi vos prisonniers vous avez un de mes
amis, le tnaréchal Monti, qui éprouvera com*
bien vous êtes aimable, Monseigneur, atu
tant qu’ ii a senti combien vous êtes vail»
ïant. Continuçz, Mouseigueur, à etre îe
boucliej et Fépée de l’Allemagne; et tan-
dis que vôtre noin est c-hanté en Àngîe-
terre, recevez îes arpplaudissements de F
ïtalie.

Je suis avec la plus grande adrairation
et le plus profoud respect.

P, 6’.
loading ...