Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 316
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0324
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0324
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Sl6 L E T T E R E

vous leur faites, et tju'ils sentent bien que
vous leur ferez éncore, il vous aiment au-
tant qu’ils vous admirent. M. le maré-
chal Mdnti cjui est ici depuis cjuelques sè-
maines ne sauroit chanter assez vos louan-
ges, Monseigneur. Je l’ en aime bien d.:
avantage dejrnis qu’ il est vôtre prisonnier »
J’ oserois presque dire le nôtre : J’ ai été
toujours Anglois d’inclination, et suis Prus-
sien êtant attaché au service du Pioi. Mais
V. A. S. sent bien que les grandes actions
du Roi et les vôtres me font devenir plus
Prussien et plus Anglois que jamais. Mais
vous n’ avez que faire, Blonseigneur, d©
nron verbiage , tandis que peut - étre vous
alîez donner quelque ordre qui decidera
du sort de la Franconie et de l’Empire »
Je suis etc.
loading ...