Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 325
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0333
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0333
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ï N E D î T E . 3a5

de vôtre armée, et s’ est trouvé à l’ expé-
dition de Wesel avec ce Prince qui mar-
che si dignement sur ies traces de V. A, S»
et ne déraent pas le sang dont il est sor-
ti. Nous parlons de Y. A. S. ies journées
entières, et nous recommençons le lende-
main, comme si nous n’en avions pas par-
lé du tout. En verité, Monseigneur, vous
devez savoir quelque gré aux Anglais de la
justice qu’ils vous rendent, tandis que vous
avez si fort éclipsé leur Duc de Maibou-
rugh.

Oserois-je me ilatter, Monseigneur, que
V. A. S. voudra bien me pardonner une
liberté que j’ ai prise. On fait à présent
une seconde édition d’ une rélation du vo-
yage que j’ai fait en Russie, où l’on dé-
crit entre autres choses la guerre singulie-
re que les Russes ont faite contre les Tar-
îares et les Turcs, qui ilnit par la paix de
Belgrade. Gomme il a paru que ce petit
ouvrage n’ a pas été mal accueilli du pu-
blic, j’ai songé à le consacrer au nom de
V. A. S. et elle trouvera cy-joint 1’ épî-
îre qui en doit être à ia tête. Ne dédai-
gnez pas, Monseigneur, je yous en sup-
%, 3 plie,
loading ...