Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 343
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0351
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0351
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ï N E B I T E . 343

ïir. Mais pour Venise qui ne peut pas
eompter aussi bien que moi, elle est très»
fâchée du départ de V. E. J’ en ai enten-
du les regrets en faisant la contrebande,
dans la bouche de mad. Barbarigo et dans
celles plus mignonnes de mad. C . . . . et
M ..... . Nos sages, à îa tête des quels
nous mettons bien le s. Emo en sont tout
autant fàchés, quoique par des raisons bien
difserentes . II est si venitien, disois-je à
quelques uns d’entre eux, que si vous aviez
pu le voir et l’entendre comme moi, vous
seriez tous français. Le fait est que le Roi
pourra bien donner un successeur à V. E.
mais ne sauroit vous remplacer, et à Ve-
nîse :

Semper honos nomencjue tuum laudesaue ma-
nebunt.

J’ ai r honneur etc.

Y 4
loading ...