Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 346
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0354
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0354
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
546

L E T T E R E

l) E L c O N T E

ALGAROTTI

VII.

à Venise ce 24 de Avrîl 1755.

Vus étes charmant de commencer vôtre
ministere par tenir parole. Vôtre mémoi-
re ro' a fait un plaisir infxni ; il m’ est pré-
cieux comme un gage de vôtre amitié, et
comme un écrit où la saine raison et V
ésprit le plus fin se trouyent dans une par-
faite alliance. Les Italiens devroient vous
lire et se corriger s’ ils peuvent. Le plus
grand mal pour la pauyre Italie, comme
nous r avons dit souvent ensemble, c’ est
qu’ elle n’ a ni capitale ni cour ; c’ est qu’
elle est partagée et esclave. La gloire des
lettres est ordinairement jointe à celle des
armes ; et rarement 1T on estime îa pluine
d’ une nation dont on ne craint point l’ é-
pée. Vous étes bien heureux,

Fran-
loading ...