Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 355
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0363
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0363
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
' 355

D E L £ I G N O R

D U T 1 L L O T

I,

à Parme ce zo âe Fêvrier 175g.

Le souvenîr que yous accordez à ce qu®
vous ayez vu ici, nous înspire beaucoup
d’ amour - propre : et comme nous avons
clonné à vos sufsrages tout le poids qu’ ils
méritent, cette vanité nous paroît, si je
puis dire ainsi? très-modeste et très-placée,
Voüs vous trompez, Monsieur; nous coin-
ptons plus éxactement que yous| vous n
avez habité parmi nous que quelques în-
stans : ils m’ ont paru bien courts ; et ai
eu l5 agrément de reconnoitre que F Infant
qui en répete dsautres, en jugeoit de mè-
me. T aurai F honneur à son retour de
Sala de lui rendre ce que yous m’ écri-
vez ; il le lira avec plaîsir, et ii reparlera
encore de vous comme il a fait, c' est à
dire de l’homme le plus aimable, qui mé-
rite le plus sa réputation, enfin comrns
Z 3 du
loading ...