Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 369
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0377
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0377
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
I N E D I T E »

3G9

lier. Je coinmence d’abord par vous térnoi-
gner ma reconnoissance de toutes vos bon-
tés. Je vous demanderai nn peu plus de
détail sur ce suj'et ; après quoi j’ aurai re-
cours â vôtre complaisance. Je vous renou>
velle ies assurances de l’attachement in-
yiolable avec le quel s ai l’ honneur d’ ê-
tre etc.

k O: ★ Cp ★ 02 k O. k C3 k C5 ★ o ★ O ★ O ★ CD ★ 02 ★

VIII.

ù Parme ce 21 r/e Avril iy6i.

i.VJLiile pardons d’une correspondance aus-
si embarassante que la mienne. Je con-
nois à présent l’ état du p. Frisio : il est
Barnabite, homme de beaucoup de méri-
te. Je me tiens à lui si cela est possible.
Ces autres messieurs, tous respectables qu’
ils sont, ne venant ici que passagèrement,
11e conviendroient pas à nôtre objet. Ce
n’est pas une seule opération et un objet
déterminé et particulier dont il s’agit. Ce
sont des objets généraux, que la pratique
du pays, et des spéculations peuvent am-
To: XY. A& mener
loading ...