Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 372
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0380
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0380
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
%rj2, L E T T E R È

le bonheur, graces à vous, monsieur? d©
penser cornme le comte de Firmian. J’ en
suis bien sàché ; je vois que cela n? est pas
réparable. Je sens combien la complaisan-
ce du p. Frisi me sera utile, et assuré-
inent j’ en profxterai. Mais les viies d’ un
homme à deineure, fondées sur des obser-
vations faites avec ioisir, en reconnoissant
un pays} appuyées aux découvertes que
produit queiquefois le hazard, m’eussent
été hien plus agréables . D’ aiileurs je vou-
lois satisfaire au desir qu’ a s Infant de ra-
masser ici plusieurs gens de inérite, et de
faire renaitre par ses bienfaits V émulation
perdue dans un pays livré et abandonné
à l’ignorance, et d’y former enfin l’édu-
cation. J’aurois tâché de faire au p. Fri-
-si le sort qu’ il auroit pu desirer, et d©
le lui rendre agréable. Je vous prie^ mon-
sieur, de lui dire mes complimens, et
mes regrets, et de soufsrir que je vons
consulte pour mes viies.

J’ ai I’ honneur d’ être ayec autant d’ a£-
tachement que de respect etc.
loading ...