Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 379
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0387
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0387
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
1 N E D 1 T E , 3?9

îl falloit que la cour le soutint, et con-
tribuat à leur lustre. Or îe départ de cet-
te cour pour Golorno toujours fixé pour
ainsi dire au début de 1’ opera, laissoit
nôtre ville sans ornement, et sans ressour-
ces pour îes étrangers. Je vis que c’ étoit
irremédiable : j’ abbandonnai un projet qui
étoit agréable, et qui seroit devenu sans
doute utile au pays, et à la ville. J’ en
voyois encore toutes les imperfections dans
1’éxécution ; mais jc concevois qu’ on pou-
voit le conduire à bon point. Je vous par-
le de îa chute de cet édifice, parceque
vous r aviez vu commencer avec joye.

J ai l’ honneur de vous renouveller les
assurances de I’ attachement inyiolable et
respectueux avec etc.
loading ...