Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 381
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0389
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0389
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ÏNEï3ÎY£<. 38l

et que dix liommes iroîent à cette biblio*
theque aujourd’ liui j et dix autres dans 6
ans. J’ai dit, nçus aurons donc vingt hoin-
mes peut-être éclairés et instruits dans dix
ans. G’ est beaucoup. L’ Infant va donner
d’autres secours bien digerés à l’éducation.
de sa noblesse. Le bien se fait lentements-
nous sommes encore à l’élevation des murs
de la triste et petite Salente: nous n’avions
que le ciel pour nous couvrir quand nous
sommes entrés ici il y a i3 ans : il faut
remettre tout ce qui a été dévasté. II y
avoit un tout ici, il y avoit une bibliotbe-
que, des inédailles etc. il sera honorable
pour l’ Infant que ses esforts reproduisent
ce qui a disparu: et des esforts faits dans
la médiocrité. Je rne suîs îaissé emporter,
monsieur, quand il y a un objet auquel
je devois m’arrêter, et qui m’intéresse in-
üniment : c’ est le rétablissement de vôtre
santé: je vous en félicite bien sincerement.

J’ aî 1 honneur de vous renouveller les
assurances de l'attachement inviolable et
respectueux ayec etc.
loading ...