Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 15): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-15]

Seite: 382
DOI Seite: 10.11588/diglit.28093#0390
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd15/0390
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
382

L E T T E n

E

XIV»

a Parme ce 2 de Avril

Après vous avoir remercié bien sincere-
ment de Famitié avec la quelle vous avez
bien voulu faire cles perquisitions pour me
déterrer un des sujets que je prenois la
iiberté de vous indiquer, je regarde com»
ine une partie de ma reconnoissance de
vous confier F objet de cette recherche „
Yous connoissez Parmes et nos petits
états. La noblesse n’ y est pas rîche ; et
le peuple n’ a guère de ressource dans ce
qu’on appeile ie commerce pour s’enrichîr.
Nos habitans sans être aussi vifs que ceux
de la plus grande partie des cantons d’Ita-
lie, y ont le génie naturel de la nation:
l’esprit pénétrant, souple et de l' aptitude :
mais le manque de 1’ émulation, la pau-
vreté, un fond de nonchalance naturelle,
j laisse les esprits, et les ames sans res-
sort. 34 années d’interregne, si je puis
parler ainsi ; les variations du gouverne»
ment ont enleyé encore le peu de graisse

qui
loading ...