Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 6
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0014
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0014
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
T E R. E

6 L E T

tié pour lui lui inspire , se prépare à chan-
ter vos exploits Polaires : vous accorderez
Votre luth ensemble. Le voyage des Argo-
nautes n’ aura jamais été pius célébré, et
assurément n’étoit pas plus digne de l’être .
Je vous avoue cependant que je me fe-
rois un plaisir extrêjne de vous voir bor-
nÊr vos courses àGirey; peut-être seroit-il
aussi sensé de passer votre hiver tranquil-
lement à philosopher avec nous . J’ai une
assez jolie bibliotheque. Yoltaire en a une
toute d’anecdotes ; la mienne est toute phi-
losophie. J’apprens l’italien pour yotre ar-
rivée ; mais les menuisiers et les tapissiers
y font bien du tort. Je suis plus occupée
qu’un ministre d’état, et beaucoup moins
agitée : c’est à peu près ce qu’il faut pour
être heureuse . Yotre société augmentera
encore les charmes de ma solitude. Ve-
nez-y donc, monsieur, et soyez persuadé
du plaisir extrême que je rne fais de vous
y recevoir.

J’ ai vu dans la gazette , que mr. Ze-
no est rappellé : j’ en serois bien fâchée
pour mad. 1’ ambassadrice ; car je crois
qu’ elle seroit fàchée de quitter sitôt Paris .

Je
loading ...