Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 15
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0023
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0023
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
I N E D I T ï •' Î O

Cette grande vilaine ville où malheureu-
sement il avoit à faire. J’espere qu’il n’y
sera pas longtems . Je lui ai envoyé votre
lettre ; il sera aussi content que moi de
vous voir justihé : il étoit au désespoir de
croire que vous ne nous aimiez plus, et
que vous ne vouliez plus que nous vous
aimions. Avez vous été content du son-
net (i)? Tiriot nous a mandé qu’oui, et
cela redoubloit notre étonnement de votre
éternel silence. Les Maupertuis et les Clai-
rauts sont partis sans m’ écrire ; ils préten-
dent qu’ils m’éeriront de Dunkerque . Je
suis bien aise que vous ne soyez pas du vo-
yage, je vous le jure. Maupertuis a dit à
mr. de Cbâtelet qu’ il avoit envie de ve-
nir passer la semaine sainte avec moi, mais
que vous deviez être de la partie, et que
vous aviez manqué de parole : si je parlois
une douzaine de langues, vous seriez venu.

Je n’ ai jamais lu un mot si juste que
le sur l’abbé de Rotelin , et l’abbé

Segny ; il est bien honorabie pour notre

lan-

(i) Sonetto del sig. di Yoltaire in lode dei
Dialoghi iulla luce del co: Algarotti,
loading ...