Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 25
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0033
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0033
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Jnidite.

§5

VI.

, r . • :i ; J '

î-

A' Cirey i5> jùÎTt i 706.

Je suis bien plus contente de vous à Lon*
dres qu’à Paris. Je vois bien que l’Angle-
terre est le pays des vertus, aussi bien quô
le pays des cboses ; cependant je desire
quô vous le quittiez bientôt pour venir quel-
ques jours à Cirey en passant votre chemin
pour le pays des arts et des indulgences ;
ces deux choses ne sembleroient pas faites
pour croître dans le même terroir. Le pre-
mier des Émiliens (1) arrive a la fin de Ia
:.emaine. Si vous saviez tout ce qu’ il a es-
suyé et supporté a Paris, vous seriez bien.
étonné qu’il ne fut pas par de là la mer ;
Mais Famitié qui le retient dans îe dange-
reux pays des riens, ne l’a pas pû souffrir.
Ce pays-ci, (charmant d’ailleurs) n’est paâ
la patrie des gens qui pensent ; mais je
eompte pouvoir dire, comme le fils de P

hom-

(i) M. de Voltaire.
loading ...