Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 28
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0036
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0036
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
2 8

L £ T T E R 1

VII.

A Cirey ce io. juiilet .

C-Iirey s’ embellit tous les jours pour vous
recevoir . Son plus grand ornement, le pre-
mier des Emiiiens y est de retour , il ne
- vous a point écrit de Patris, mais aussi-tôt
cpi’ il a été à Cîrey, il n a rien eu de
plus pressé que de vous dire combien on
vous y aime, et combien on vous y desi-
re . J’ ai toujours eu un desir extrême de
voir i’Angleterre : mais depuis tout ce que
vous m’ en mandez , ce desir est devenu
une passion . Je ne désespere pas de la
satisfaire quelque jour. Je vous ferai part'
sur cela de mes projets. Je serai peut-ètre
la premiere femme qui ait été en Angle-
terre pour s’ instruire , et le inotif seul
doit rae concilier un peuple qui me doit
déjà quelque reconnoissance de mon esti-
rne pour lui. Je compte encore beaucoup
sur l’ amitié dont vous m’ honnorez. Yous
comprenez bien que si je suis jamais assez
/ ieu-
loading ...