Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 33
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0041
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0041
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ï N E D I T E. 33

tir ; mais j’ ai sacrifiè mon bonheur à son
devoir, et à la nécessité où il étoit de fai-
re le voyage. Je suis bien en peine de sa
santé . Je crains qu’ elle ne résiste pas à
un climat et à une saison qui lui sont si
contraires ; mais c’est assez vous parler de
mes malheurs. II faut vous dire qu’ au mi-
lieu de la tristesse et de 1’ abattement de
mon ame j’ ai ici un plaisir sensible à re-
cevoir de vos nouvelles . Que votre Ckar-
treuse m’a paru charmante ! je me suis urx
peu plus familiarisée avec la bella hngua
Ualiana depuis votre départ ; ainsi j’en ai
mieux senti la finesse et les beautés de vo*
tre ouvrage ; je l’ai envoyé au premier des
Émiliens -, qui est assurément le Pere Prieur
de votre Ghartreuse. Vous êtes faits pour
réussir sur les mêmes sujets . Son Essai sur1
la Philosophie de Neuton ëtoit prêt à être
imprimé, quand il est parti ; mais il y a
apparence que son voyage en retardera la
publication. Comme les Alpes séparent vo-
tre mission , je crois qu’ il est bien égal ,
le quel de vos deux ouvrages paroisse le
premier. S’ il en étoit autrement, mr. de
^oltaire vous céderoit le pas par mille rax-
To: XVL G sons}
loading ...