Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 34
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0042
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0042
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
5>4 L E T T E R E

sons ; cetfce considération a été la seule raison
pour la quelle il ne vous eu a pas parlé :
le votre a été fait le preinier ; il faut qu il
paroisse ie premier. Je vous avertis que je
venx absolument que mon portrait y soit;
faites votre compte comme vous voudrez ;
Hir. de Foateneîle a plus d’ esprit que m.oi,
mais j’ ai un plus joli visage que lui; voila
ce qui fait que je l’ exige . Je crois que
vous trouvez mr. de Froullay bien aima-
ble , et que vous remerciez le Ciel de n’ être
pas né un des tirans de votre païs ; car
après le malheur d’ être tirannisé, le plus
grand pour quelqu’ un qui pense , c’ est de
tiranniser les autres . Parlez quelquefois
de moi à mad. Zeno ; elle ne m’a pas ré-
pondu à la lettre que vôus lui avez portée
de ma part. Pour elle , elle tirannisera tous
ceux qu’elle voudra; mais son empire est
doux. jDites-moi si mr. Foscarini est àVe-
nise : j’ espere que vous me ferez tenir par
mr. l’ ambassadeur ie premier exemplaire
de votre ouvrarn. Je vous conseiile de vous

O

dépêcher de le faire imprimer , et de re-
passer vîte les monts . Je ne sais si vous
oserez passer à Cirey après la perte qu il

a sait;
loading ...