Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 35
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0043
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0043
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Inedite. 35

a sait ; mais peut-être sera-t-elle réparée
alors , car il m’ a prorais de reyenir de
Prusse ici.

Je desire mon voyage en Àngleterre avec
plus de passion que jamais ; je me donne
la torture pour y trouver un prétexte ; car
xnr. du Châtelet aura bien de la peine a
consentir à un voyage de pure curiosité ;
ii ne sait pas l’anglois , et il n’ a pas lu
les lettres de mylord Hervey, ni ses vers,

O freedom benefastress fair

How happj who thj blessing share .

( O liberté Divinité bienfaictrice

Combien beureux est celui cpi partage tes graces )

Je yous avouè que je trouve ses vers,
et ses lettres très - aimables , et que j’ ai
bien envie de voir un Païs où le beau mon-
de est fait coinme cela ; car dans le nô-
tre , on n’ en a pas d’ idée . Mr. I ambas-
sadeur m’ écrit une grande lettre pour me
remercier de votre connoissance, et pour
me chanter vos iouanges ; vous vous seriez
bien connus sans moi , mais n’ importe,
ayez m’ en l’obligation ; buvez encore à ma

san-
loading ...