Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 39
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0047
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0047
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ï M E D I t Ë ;

riences du Pêndule sont déjà les mêmes,
et il a fallu le raccourcir ; on a eu de leurs
nouvelles , du mois de Mars dernier ; ils
se portoient tous très - bien ; ainsi Godin
n’ est point mort, comnie on 1’ avoit dit ;
leur base étoit déjà tracée. II faut un peu
vous dire des nouvelles de ce pays - ci,
après vous en avoir donné du Midi et du
Nord . Vous savez que yotre amie mlle. de
Bouchet a épousé mr. d’Argental; ce sont
les deux plus heureuses gens du monde .
J aime d’Argental de tout mon cœur , et
je desire que sa femme m’ airne ; ainsi
quand vous lui écrirez , dites-lui , je vous
supplie, du bien de moi.

Voila la Reine d’Ançleterre inorte : mais
cela empêchera-t-il notre voyage ? j’espere
que non ; je vous attends pour le décider ,
car je n’ y veux pas aller sans vous ; mr.
de Maupertuis, et l’abbé du-Piesnel y vien-
dront avec nous. Nous avons à présent
une salle de comédie charmante ; nous
avons joué Zaïre , V Enfant prodigue, etc»
Vous ne connoissez pas cet Enfant prodi»
gue ; il est imprimé à présent, et surement
vous l’aimerez ; je vous l’enyerrai par le

c 4

cou-
loading ...