Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 57
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0065
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0065
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Inedite. Bj

îosophie pour l’ histoire , j’ espere que ce
ne sera qu’une passade, Pour moi je suis
à présent dans la métaphysique, et je par~
tage mon tems entre Leïbnitz , et mon pro-
cureur. Yous avez bien raison de dire que
les choses après les-quelles on court ne va-
lent pas souvent celles qu’ on quitte ; et si
je n’avois pas d’enfans, je puis bien vous
assurer que je n’ aurois pas quitté les jolis
pénates que vous connoissez . Je me dis
souvent les vers, cle plaisirs en regrets, de
remords en desirs ec. mais on se doit à ses
devoirs.

Gonsolez-moi souvent, monsieur, par vos
lettres , parlez de raoi à mylord Hervey,
quand le parlement sera fini, et continuez
proi votre amitié. Je suis.
loading ...