Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 59
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0067
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0067
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ï N E O X T '!<' S'g

seroit le chemin. des écoiiers,, si ce n’ étoit
le plus sûr.

Nous nous étions ilattés pendant quelque
tems de vous voir ici. S. M. avoit mandé
à rnr. de Voltaire que vous comptiez aller
à Paris, et nous nous trouvions ie plus jo-
liment du monde sur votre chemin. J’es-
pére que si cette bonne idée vous reprend ?
yous n’oublierez pas de passer par Bruxel-
les . Les Institutions de Physique voudroient
bien vous rendre leurs hoinmages , mais
elies ne savent où vous attraper. II y en
avoit un exemplaire pour vous à Paris chez
mr. de Chambrier ; quand nous apprimes
que vous deviez y faire un tour, je iis re-
tirer 1’exemplaire . Un de mes amis de i’a-
cademie des sciences comptoit vous le pré-
senter lui même à Paris ; mais je suis à
présent toute déroutée. J’ espere que vous
voudrez bien me inander où vous voulez
leur donner audience .

J’ ai vù dans les gazettes que vous avez
passé à Berne. Je ne doute pas qu’ un nom-
jné Koënig (1) qui y est, n’ait cherché à

vous >

(i) Matematico di gran merito, celebre per

la
loading ...