Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 73
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0081
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0081
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
T N E 35 I T E .

je ne sais point attaquer ce que vous en-
censez. Je me suis justifié en disant publi-
quement que ce commencement n’ est qu’
une allusion aux conversations que nous
eûmes a Cirey , quand j’eus ' l’honneur d’
entendre vos charmans diaïogues. Je vous
prens donc pour mon bouclier , et je me
mets derriere vous . Protege me, vate et
Veni »

*o * o ★o + o * o + o o * o * o ■»?

I) l

| L G A R 0 T T ï
ÏV.

D& Lemdres ce i. avril 1709,

Me voila à Londres après avoir été bien
près du Pôie , et après avoir passé un été
en grélottant, si je n’ai pas porté en gre-
lotta'nt le compas et la lyre . En rqvenant
j'ai été dans le troisieme çiel; j’ai vû, oh
loading ...