Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 98
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0106
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0106
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
98

L E T T E R E

Par ses graces, par son esprit
Ici chaque jour accomplit
Ce que vôtre Muse divine
Dans ses lettres m’ avait prédit .
Vous penserez que je l’ ai vue
Quand je vous en dis tant de bien ,
Et que je l’ ai même entendue ;

Je vous jure qu’ il n’ en est rien,

Et que ma Muse peu connue
En vous repétant dans ces vers
Cette vérité toute nue
N’ est que l’ écho de l’ univers .

Une Dauphine est entourée,

Et 1’ etiquette est son tourment,

J’ ai laissé passer prudemment
Des paniers la fouie titrée
Qui remplit tout l’ apparteinent
De sa bigarrure dorëe .

Virgile était-il le prémier
A' la toiiette de Livie ?

II laissoit passer Cornelie,

Les ducs et pairs, le chancelier,

Et Ies cordons-bleus d’Italie ,

Et s’ amusoit sur 1’ escalier
Avec Tibulle et Polimnie .

Mais à la fin j’aurai mon tour ,

Les Dieux ne me refusent guére :

Je fais aux Graces chaque jour

Une
loading ...