Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 99
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0107
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0107
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
99

Inedite.

Une trés dévote prière;

Je leur clis , filles de l’ amour,
Daignez à ma Muse discrete,
Accordant un peu de faveur,

Me présenter à votre soeur,

Quand vous irez à sa toilette .

Que vous dirai-je maintenant

Du Daupfiin , et de cette affaire
De r amour et du sacrement ?

Les dames d’ honneur de Cithére
En pourroient parler dignement,
Mais un prophane doit se taire ;
La cour dit qu’ il s’ occupe à faire
Une famille de Héros,

Ainsi qu’ ont fait très à propos
Son Ayeul et son digne Pere .
Daignez pour moi remercier
Votre ministre magnifique ;

D’ un fade eloge poëtique
Je pourrais fort bien l’ennuyer;
Mais ie n’aime point à louer :

Et ces offrandes si chéries
Des belles, et des Potentats,

Gens tout nourris de flatteries,
Sont un bijou qui n’ entre pas
Dans son baguier de pierreries .
Adieu , faites bien au Saxon
Gotiter les vers de l’ Italie
G 2

Et
loading ...