Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 136
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0144
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0144
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
lZG L E T T E R E

gers en messagers, elles arrivent à la fm
à leur adresse. C’nst ainsi que j’ en use
avec votre ami mr. Albergati, dont les let-
tres me font grand plaisir, quoiqu’ il écri-
ve comme un chat; j’ai beaucoup de pei-
ne à déchifsrer son écriture. Vous devriez
bien 1’ un et 1’ autre venir manger des trui-
tes de notre lac, avant que je sois ma-ngé
par mes confreres les vers. Les gens qui
se conviennent sont trop dispersés dans ce
monde : j’ai quatre jésuites auprès de Fer-
ney, des pédants de prédicants auprès des
Délices, et vous êtes a Venise ou à Bou«
logne ; tout cela est assés mal arrangé ; mais
le reste l’est de même. Ayez grand soin
de votre santé, il faut toujours qu’ on di-
se de vous:

Gratia, fama, valetudo contingit abunde;

Pour gratia et fama, il n’y a point de
conseil à vous donner, ni des souhaits à
vous faire.

}rivc memor lethi, fugit hora, hoc quocl loquor indt esi,
J^ive lostus te ama me.
loading ...