Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 164
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0172
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0172
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
164 Lettere

îa carapagne où vous êtes ; vous en feriez
naitre a Petersbourg.

En relisant votre lettre, et en tàchant
de la déchifsrer, je vois que vous ètes à
Pise, ou du moins se crois le voir, G’est
donc un beau païs que Pise ? Je voudrois
bien vous-y-aller trouver; mais j’ ai bâti,
et planté en Laponie, je me suis fait La-
pon, et je mourrai Lapon.

Je vous enverrai incessament le second
tome du czar Pierre. Je me suis d’ailleurs
amusé à pousser l’histoire générale jusqu’à
cette paix dont nous avions tant besoin.
Vous sentez bien que je n’ entre pas dans
les details des operations militaires, Je n’ai
jamais pû, supporter ces minuties de carna*
ge. Toutes les guerres se ressemblent à peu-
prés : c’ est comme si on faisoit 1’ histoire
de la chasse, et que l’on supputât ïe nom-
bre des loups mangés par les chiens, ou
des chiens mangés par les loups,

J’ aime bien mieux vos lettres mihtaires
où il s’agit des principes de l’art. Cet: ait
est à la verité fort vilain, mais il est né-
cessaire , Le prince Louis de Wirtemberg
que vüus ayez vû à Berlin a renoncé à cet

art
loading ...