Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 182
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0190
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0190
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
iSz Lettere

qu’il -j- a de plus üatteur, si je pouvois croi-
re avoir plû à votre oreille ; mais je suii
Lien fàché que vous ayez empeché mon
îraducteur Kônig de refuter l’ éxamen di-
sinteressé, c eut été une comédie que je
pouvois me donner ; et je ne voudrois
point que personne put avoir quelque cer-
titude sur l’ auteur de ce livre . Yous en
aurez sans doute aussi parlé aux Bernoulli,
et vous aurez câté mes afsaires. Ge n’ est
pas que j’ eusse à craindre que 1’ on me
crut l’auteur de cet ouvrage ; s’ il n’ j avoit
cjue cela; mais c’est qu’ il pourroit arriver
qu’ on me crut après cela l’auteur de tous
les ouvrages Cjue pourroient paroitre . J’ ai
oui dire, par exemple , qu’ il paroit une
nouvelle édition de ce livre ayec des ad-
ditions considerables: et l’on ne manque-
ra pas encore de me l’attribuer. Arous avez
vu en Kônig un contraste incompréhen-
sible d’ épaisseur et de subtilité ; mais je
crois que dans tous ceux qui par amitié
pour moi voudront résuter V examen , F
épaisseur domine.

Je vous ai déjà envoyé il -j- a du tems,
le manuscrit que vous desiriez ; instruisez-

m°i k
loading ...