Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 190
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0198
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0198
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
it)0 L' E T T E R t

vouloit eucore me faire tort dans 1’ esprrï
du Roi j’ écrivis sur cela à m. Jordan. qui
m’ a répondu en ministre.

Voila, mon cher Algarotti, un abregé
de mon histoire . J’ avois été apellé par le
Roi pour venir fonder une Académie ;
j’ ai demeuré dans sa cour pendant près
d’un an, pendant le quel j’ai toujours tà-
ché de ne pas mériter qu’ on m’ avilit :
cela hnit par étre prostitué dans son ar-
mée , et pris par les houzards : et après
l’esperance d’un grand honneur je m’en
retourne en France chargé de ridicule et d
avilissement. Pour coinble de malheur le
tems où je pars est celui où vous arrivez,
et où je pouvois retrouver quelque agré-
ment à Berlin ou à Breslaw. Je vous avoue
que je tremble déjà pour mon arrivée en
France où mes ennemis vont avoir bien de
quoi triompher . Je crois que je leur aban-
donnerai le champ de bataille , et me re-
tirerai dans le fond de ma province . Con*
solez-moi, conseillez - moi sur tout cela ,
et aimez-moi toujours; votre amitié est I©
seul bien. qwi me reste .
loading ...