Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 197
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0205
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0205
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
I N E ü I T E . ICj'T

procédés avec road. duChatelet, est tm hom-
me fort savant.

*O*O-*O*O*p*O*Ç?irp*p.*0*C'*O*

VIII.

De Paris i5. oct,obre 17^1,

Voila' donc , mon cher Algarotti , tous
nos grands projets évanouis ; voilà même
peut-être l’amitié que vous m’aviez jurée,
oubliée : j’ apprends que vous êtes à Ve-
nise, et vous n’ avsz pas daigné me diro
tin mot de vos changemens de lieu et de
vues . Est-ce que nous ne nous reverrons
plus? aimant autarit que nous aimons l’un
et r autre à vojager ? Je vais à S. Malo ;
si vous 11e m’y saites pas savoir de vos
nouvelles , je croirai pour ce coup que
vous voulez rompre tout commerce avec
moi. Si nori il n’y aura plus que la mer
entre nous: et si vous vouiez, je suis prêt
à partir pour alîer avec vous voir Kou-
lican, ‘ Cornme nous devons un jour le
N 3 voir,
loading ...