Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 199
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0207
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0207
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
I H E 3> I T E ,

*99

IX.

De Paris 13. septembre 1741 -

Si sa Majesté n’étoit qu’un Roi , n’étoit
que le possesseur d’ un vaste état, et le
conquerant d’ une province qui vaut un.
royaume je ne sais , nion cher Alga-
rotti, si je quitterois le repos que j’ ai re*
trouvé dans ce pays-ci, pour l’aller voir .
Je trouverois de tels rois dans F histoire,
et Koulican du moins pourroit satisfaire ma
curiosité . Mais la personne dü Roi est ce
qui m’attache à lui ; et l’honneur qu’ il
me fait de penser à moi > et le plaisir de
vous reyoir à sa cour m’ auroient fait par-
tir sur le champ si j’ étois absolument li-
bre . Vous savez que je suis à la téte
de l’Académie, et que je ne puis la quitter
sans des permissions, que je ne doute pas
que je n'obtienne, mais qu’un mot que
S. M. diroit à m. cfe Valory oti feroit di-
re ici par son ministre rendroit bien plus
fîatteuses pour moi. Vous rne connoissez,
N 4 mon
loading ...