Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 202
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0210
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0210
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
L E T T E R si

nes que j’honore et que j’airne, mais aussi
cela m’auroit trop distraiï. Ce n’est point
dans le tumulte des cours, ni dans la joyê>
des £êtes que je vous cherche.

Tu mihi curarum requies, tu nocte -vel atra
Lumen, et in sciis tu mihi turha locish

Adieu, rtion cher ami, mon coeur vous
en diroit bien davantage, mais ma tête et
sma poitrine n’ en peuyent plus.

'ts O t0AC*C^0*0#C*0* o £o*o*o^

XL

De Berlin i5. janvièrt

«J ai reçu votre lettre, mon cher ami, et
suis desespérb des obstacles qui s’ opposent
à notre ëntrevue, et à mon bonheur. Ge
n’étoit pas assez que l’un de noüs fut mâ-
lade , il falloit que nous le fussions l’un
et l’autre en mème tems. Je vous assure
que pour moi c’est l’étre doublement . Par-
don, moTj cher ami, si je ne yous ai pas
loading ...