Algarotti, Francesco  
Opere Del Conte Algarotti (Band 16): Lettere Francesi — Venezia, 1794 [Cicognara Nr. 3-16]

Seite: 214
DOI Seite: 10.11588/diglit.28094#0222
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/algarotti1794bd16/0222
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
L E T T E H fe

2l4

xv:

Dc Potzdam 25. juin.

Je vous écrivis hier un mot en. partans
pour venir ici ; je partois à la hâte ? et
n’ avois qu' un moment pour m’ entretenir
avec vous, que pourtant je ne voulus pas
perdre. Je vous assure que je ne revois
point ce hois de Potzdam où nous nous
sommes promenés ensemble, sans ressentir
un plaisir mélé de tristesse, lors que je
pense que je vous y ai vû et que je ne
yous y vois plus . Je ne saurois cependant
çroire que je vous y aye vû pour la der-
niere fois . Pour moi, si vous ne venez z
je vous irai voir : mais ce ne sera qu’ un
nouveau chagrin pour moi de vous avoir
vû, si je ne puis pas vivre avec vous . II
me semble que tout ce que j’ai quitté en
France m’a fait moins de peine à quitter,
que de vous savoir si près et de n’en pou-
voir jouir. Je n’ai été dernierement à Ber-
lin que quelques heures pendant les quel-

ies
loading ...